Accéder au contenu principal

Mirabelle


Dans ma présentation j’ai indiqué que j’avais ouvert ce blog afin d’en faire un journal de bord pour tout conserver et ne rien oublier…..
Aujourd’hui, je vais raconter une histoire
Elle s’appelle Mirabelle
Elle est née en 1952 dans une famille très modeste et très pieuse. Elle est la petite dernière d’une fratrie de quatre. Elle est choyée et selon ses dires, a eu une enfance très heureuse. Elle est espiègle et curieuse. Elle grandit et c’est une fille de son époque, elle lit les magazines pour jeune fille et écoute Salut Les Copains Ã  la radio. Les Yéyés, elle adore. En revanche, elle aime moins la pression de ses parents pour la religion et les études. Ils sont très modestes mais rêves d’être notable alors elle va dans l’école privée de la ville. Celle où il y a les filles d’avocat, de notaire et de médecin. Le décalage est si grand qu’elle ne le supporte pas. Elle ne se sent pas à l’aise dans ce monde. Elle se rebelle et quitte l’école à 17 ans pour aller travailler dans l’épicerie de sa tante. A 18 ans elle est encore obligée d’aller à la messe tous les dimanches. Elle n’en peut plus. Elle veut voler de ses propres ailes.
Et puis, elle fait une rencontre. Il s’appelle Ancel.
Il est beau et marrant. Il roule un peu des mécaniques avec sa belle voiture. Il a 21 ans et il est déjà indépendant. Il travaille à l’usine.
C’est grâce à, sa sœur que Mirabelle le rencontre. En effet, sa sœur fait du sport avec Ancel et elle invite Mirabelle à venir la voir à une compétition. Pour elle c’est le coup de foudre.
Ils se marient deux ans plus tard et elle quitte le nid familial et l’épicerie. Elle va travailler dans la même usine que lui. L’amour, la liberté et l’indépendance financière. Enfin.
Elle a 22 ans et met au monde leur première petite fille. Ils font construire une maison et 3 ans plus tard née la deuxième. Tout à l’air parfait. Mais les temps sont quand même durs. Ils ont chacun un petit salaire d’ouvrier et la maison leur coûte une fortune. Ils nourrissent leurs filles mais il ne reste plus grand-chose pour eux à la fin du mois.
La liberté c’est un peu dur finalement. Mirabelle avait rêvé d’autre chose.
Pourtant de mon regard d’enfant elle a l’air heureux. Elle s’occupe de ses filles, de sa maison, elle va travailler. Ils partent en vacances tous les étés… rien de spécial, la vie quoi.
Il a l’air de lui manquer quand même quelque chose. Son corps de femme n’est pas épanoui. Neuf ans plus tard le miracle arrive. Un petit dernier. Un garçon en plus. Je crois qu’elle aimera cet enfant plus que sa vie. Elle adore ses filles mais ce garçon est la consécration de sa vie de femme et de mère. Elle le dit elle-même : c’est incroyable, depuis qu’il est né je ne suis plus jamais malade.
C’est une période très heureuse pour cette famille. En apparence en tout cas et de mon point de vue. Chaque membre pourrait raconter sa propre version, son propre vécu, ses propres émotions. Mais ce n’est pas le sujet. Je raconte l’histoire de Mirabelle. Telle que je crois la connaître.
Elle a une belle vie Mirabelle : un mari qui l’aime, trois beaux enfants, une maison, un travail. Rien d’extraordinaire, la vie de Madame tout le monde.
Elle adore sortir, bouger, voir du monde, elle rit de bon cœur.
Elle est très bavarde au téléphone avec ses frères et sœurs. Nous sommes dans les années 80-90, le téléphone à touche gris est dans l’entrée et tout le monde profite des conversations.
Elle a toujours un truc à raconter. J’admire son aisance relationnelle, moi qui suis si timide. On dirait qu’elle n’a peur de personne.
Elle n’a pas beaucoup d’amis en revanche. En dehors de son travail et de sa vie de famille, elle n’a pas d’activité. Quelques collègues quand même avec qui elle et Ancel ont tissés des liens d’amitié. Sa vie c’est surtout sa famille dont elle est très proche. 
En apparence donc, tout est d’une banalité parfaite.
Pourtant elle est insatisfaite. En permanence. Elle n’est pas tout à fait épanouie. Elle a des complexes, a du mal à accepter certaines parties de son corps. Plus le temps passe et plus ça la travaille. Tous ces rêves de petite fille qui ne se réalisent pas. Elle voudrait être plus belle, elle voudrait être plus riche. Plus que ça, quelque chose lui fait peur. Elle a peur de vieillir. Elle dort mal. Elle angoisse. Elle commence à prendre des antidépresseurs. Elle fera une dépression à 40 ans. Elle n’est pourtant pas encore consciente du drame qui commence tout doucement à se jouer dans son corps.
A 50 ans c’est l’épanouissement total ; elle a fait une opération qui lui a ôté le plus gros de ses complexes. Elle est enfin elle-même. Elle a un nouveau poste à l’usine qui la valorise et elle a toujours autant la classe. Dans cette usine de campagne, question apparence, pardon Mesdames mais y a du boulot comme on dit. Mirabelle est si élégante. Elle se maquille, se coiffe, met des talons, des jupes. Elle a toujours sa taille de guêpe et  des jambes superbes. Elle en profite.
Ses trois enfants sont grands, elle n’a plus trop à s’inquiéter. Malgré les disputes que connaissent tous les couples, celui qu’elle forme avec Ancel est solide. Ils se balladent, ils s’amusent avec les collègues, la famille, les amis, ils voyagent un peu. Elle est sa muse, il la trouve belle, la prend en photo, elle adore. Elle profite de la vie et c’est beau à voir.
Ses deux premiers petits enfants arrivent. Elle est aux anges. Son rêve ce serait de venir les chercher tous les jours à l’école. Manque de bol, elle est à 300km de ses chers petits. Tant pis, quand elle les voit, elle en profite, elle les promène, leur lit des histoires…et la retraite approche, ça va être génial. Elle pourra les garder pendant les vacances, aller les voir plus souvent.
Ancel est jeune retraité. Mirabelle a maintenant 52 ans, elle continue son petit bonhomme de chemin à l’usine mais ça devient dur.... Des fois, elle est complètement à côté de la plaque…
Ancel : Y a quelque chose qui va pas je vous dis.
Elle est toujours fatiguée, elle recommence à pleurer tout le temps, elle est incapable de retenir les nouvelles infos, elle est irritable. Je vous dis qu’il y a un truc qui cloche.
Les enfants : Je suis sûre qu’elle recommence sa dépression. Ca lui ferait du bien de parler.
Ancel: non c est autre chose. On a commencé les examens. On cherche partout. Les analyses sont bizarres pour une personne de son âge.
Des analyses qui dureront au moins 2 ans.
En 2008, Mirabelle va être grand-mère pour la 3ème fois et le couperet tombe. Elle est atteinte de la maladie d’Alzheimer.
56 ans.
C’est impossible. C’est une maladie de personnes âgées. Ca peut pas être ça.
Le ciel tombe sur la tête de cette famille.
Mirabelle sait exactement ce qu’il va lui arriver. Elle a vu sa grande tante dépérir de cette maladie. Sauf que sa tante était âgée. Mirabelle est encore jeune et en « bonne santé ». Elle aura le temps de bien en profiter…
Je tairais les détails des 10 années qui ont suivies jusqu’à aujourd’hui. Ou bien j’en parlerai plus tard. Je ne suis pas sûre de vouloir m’en souvenir. La belle vie de Mirabelle s’est arrêtée ce jour-là et tous ses rêves de grand-mère avec.
Et moi dans tout ça ? Je te connais Mirabelle, tu es ma mère. Mais j’ai beaucoup de regrets. Je ne savais pas 'qu'un jour tu ne pourrais plus rien raconter. J’aurai dû te raconter plus de choses, j’aurai dû te demander plus de fois comment tu allais, j’aurai dû être plus curieuse de toi, savoir ce que tu avais sur le coeur, être plus présente pour toi, pour mieux te comprendre, ... te dire que je t'aimais...et maintenant c est trop tard.
Voilà pourquoi j’ai décidé d’ouvrir ce blog.
Maman, j’aurai bien aimé lire le journal de ta vie.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Respecter son anonymat et sa vie privée.

L’ouverture du blog est une décision personnelle. Aucun membre de ma famille, même la plus proche n’est au courant, ni aucun de mes amis. Cette nouvelle lubie, je l’ai prise un peu sur un coup de tête, un jour où le vase a débordé et où j’ai eu besoin d’évacuer un trop plein d’émotion, de pleurs, de tristesse, d’ennui, un ras le bol général, un point de non-retour que j’allais bientôt franchir. J’avais besoin d’une thérapie. J’ai commencé à écrire des choses, à raconter ma vie, à me recentrer sur moi plutôt que sur les autres. Ca partait dans tous les sens mais ça me faisait du bien.
Et puis l’idée du blog est venue. Tel un journal de bord, je pouvais structurer mes écrits en thèmes bien distincts, raconter des choses pour m’en souvenir plus tard, décrire des petites victoires qui n’intéressent que moi. Restructurer ma vie. Et je me suis prise au jeu. Voilà une activité ludique qui allait me sortir de mon quotidien et faire travailler mes méninges par la même occasion. Raconter, rédige…

En bref chez moi ces temps-ci

1 J'ai dansé avec mes enfants au mariage de mon cousin la semaine dernière. Même avec mon ado! Un petit moment suspendu où on oublie les tensions, les devoirs, un moment juste eux et moi, les yeux dans les yeux et le sourire aux lèvres. On a aussi bu un petit coup et on a bien rigolé au photobooth. Ca fait du bien de temps en temps de pas trop se prendre la tête et de faire des trucs sans réfléchir et qu’on lit dans les yeux de ses enfants : « ils sont marrants en fin de compte mes parents ! » 2 On a passé un super week-end au Puy du Fou, entre ami, comme un petit air de vacances, un petit voyage dans le temps, sous le soleil, une belle découverte. J'ai même failli pleurer deux fois d’émotion parce que : A Je suis trop émotive en règle général et je pleure même devant Koh Lanta à l’ouverture des courriers. B Les spectacles étaient tellement bien fait, j’étais tellement contente d’être là et de voir que mes enfants étaient surpris eux aussi.
Il a fait super beau. On est revenu de c…

Surveillez vos enfants, les tiques se réveillent.

On aime le printemps. Le soleil qui pointe le bout de son nez, la nature qui se réveille, les fleurs qui éclosent et qui colorent les jardins et les parcs, les jours qui rallongent, les enfants qui peuvent rester dehors plus longtemps.
Sauf qu’il n’y a pas que les fleurs qui se réveillent. Les petites bestioles en tout genre aussi. Et parmi elles, il y en a une particulièrement néfaste dont on entend de plus en plus parler mais pas encore assez à mon goût tant le danger est grand.
Les tiques.
Attention les yeux c’est vraiment moche.
Je viens de la campagne, Je me suis roulée dans l’herbe comme tous les enfants, j’ai fait des ballades en forêts, j’ai marché dans les champs etc, je ne me suis jamais fait piquer (mordre).
Nous allons dans la maison de campagne l’été depuis plus de 10 ans, à la lisière d’une forêt. Sans problèmes. Je croyais même avant que ces bestioles ne s’attaquaient qu’aux animaux.
Pourtant depuis 3-4 ans, systématiquement l’un de nous voire tous les quatre se faisons mord…